À la recherche d’un café et d’un croissant

Posted by on Sep 19, 2013 in Déjeuner/Brunch, Where to go eat | No Comments
J’ai toujours été de type café. Bien sûr, parce que j’aime le café, mais aussi parce que j’aime y passer de longs moments. Autrefois, durant mes études, je pouvais y passer des heures à étudier et à jaser avec les baristas. Maintenant, j’y suis toujours, à faire des mots croisés et à bavarder. C’est un moment privilégié pour moi. Sortir de la maison, affronter l’extérieur, puis me réfugier pour boire un délicieux café et partager avec des gens de toutes sortes. 

J’aime les ambiances simples et décontractées. Oubliez les cafés chics et trendy où le décor est froid et impersonnel, mais néanmoins très joli. Il y a des moments, comme le matin, où j’ai envie de neutralité, sans expérience visuelle particulière. En fait, j’aime plutôt les endroits qui sont un peu « broche à foin » et rustiques. Ceux et celles qui me connaissent savent que je passe un temps fou au Lili & Oli sur Notre-Dame. Je me suis fait de bons copains et copines là-bas. J’y organise même parfois des COOK OFF, Little Burgundy Broil. En fait, c’est un peu comme l’extension de mon appartement. Je m’y sens chez moi, comme beaucoup d’autres clients d’ailleurs. Mais attention, je visite aussi les autres cafés! Celui où je passe presque toutes les semaines est le Myriade. Leurs grains changent souvent et ils utilisent du café moins rôti, 100 % Arabica. Cela amène plusieurs nouvelles saveurs; le café est plus fruité et plus jeune, je dirais. Certains ne jurent que par ce type de café que l’on appelle le café de troisième vague (Third Wave Coffee). Pour ma part, j’aime varier et je dirais même qu’au quotidien, je préfère un grain plus rôti, un goût plus effacé. Chez les Italiens, les grains de café typiques sont souvent beaucoup plus rôtis et sont un mélange de Robusta et d’Arabica. Je suis passée au Névé pour changer de quartier, et le cappuccino était bon.

 

 
Ce qui manque souvent dans les cafés, ce sont de bons croissants. Ce goût vient de mon grand-père. Chaque matin, il mangeait un ou deux croissants et quelques tranches de cheddar fort. Je l’accompagnais chaque fois que je venais à Montréal et c’était divin, à part pour le café! Encore aujourd’hui, je cherche ce goût de croissant au beurre, mais malheureusement, je n’ai pas encore trouvé l’endroit parfait. À suivre…

 

 

 

Leave a Reply